Comportement à adopter pendant un orage lors d’une randonnée à vélo

Orage lors d'une randonnée à vélo

Imaginez un weekend ensoleillé. La vue par la fenêtre montre un ciel bleu et vous êtes vraiment motivé pour faire du sport. Vous montez sur votre vélo et vous partez. Mais le plaisir peut rapidement se transformer en danger. Surtout si vous n’avez pas étudié les prévisions météorologiques ou si un orage inattendu se prépare. Mais alors que faire ?

Reconnaître le danger

Même si le soleil brille au moment de votre départ, vous devez toujours vérifier les prévisions météorologiques lors de longs voyages afin d’être prêt à faire face à des changements de temps inattendus.

En particulier en été, des orages peuvent se produire en raison des masses d’air de températures variables. Plus la chaleur au sol est importante, plus les orages (qui peuvent être provoqués par les différences de température) sont violents. En été, l’air sulfureux est généralement le premier signe d’une tempête imminente.

Le nuage dit « cumulonimbus » est un signe que des orages peuvent se produire. Le nuage d’orage se reconnaît au fait que les cumulonimbus élevés prennent une forme de chou-fleur et que les contours nets du nuage fondent sur les côtés. Si l’orage est encore plus éloigné, le sommet du nuage est souvent d’un blanc éclatant et encore éclairé par le soleil.

Un orage de chaleur se produit généralement en été et est localement limité sur les terres. L’air chauffé par le rayonnement solaire monte vers le haut et stabilise l’air au-dessus.

Le danger existe si la distance à un nuage d’orage est inférieure à dix kilomètres et si au moins 30 secondes ne se sont pas écoulées entre le dernier tonnerre audible et le dernier éclair. La foudre peut aussi survenir soudainement, avant même que les précipitations ne s’installent.

Conseil : les cardiofréquencemètres ou les ordinateurs de vélo sont équipés de baromètres intégrés qui peuvent avertir du mauvais temps en raison d’une baisse de la pression atmosphérique.

Comportement pendant les orages

Un arbre sous la foudreSi vous êtes inévitablement pris dans un orage, vous devez observer les points suivants pour pouvoir continuer en toute sécurité.

Évitez de vous tenir sous un arbre isolé. La foudre frappe les points les plus élevés et si elle frappe l’arbre à côté de vous, la tension du tronc peut vous sauter dessus. Rangez également les objets métalliques, ils n’attirent pas la foudre mais conduisent très bien l’électricité et peuvent provoquer des brûlures.

Ne vous allongez pas au sol, mais accroupissez-vous. Le sol conduit très bien l’électricité, c’est pourquoi il est préférable de s’accroupir avec les jambes rapprochées.

Gardez vos distances avec les autres et faites attention à ne pas vous enfuir mais à marcher ou à sauter lentement. Une trop grande distance entre les jambes augmente la différence de tension entre elles et le courant peut mieux circuler dans le corps.

L’idéal est de se rendre dans un bâtiment fermé ou de s’asseoir dans une voiture. Là, vous êtes relativement en sécurité. D’autres refuges rapides et faciles à trouver : un grand pont (sous le pont, pas dessus !) et l’intérieur d’une forêt dense. Gardez au moins deux mètres de distance avec les arbres les plus proches.

Le bon équipement

En général, vous devriez toujours avoir un coupe-vent/pluie avec vous pour les longues promenades à vélo. Une veste de pluie légère se glisse dans n’importe quel maillot de cycliste et vous protégera de la pluie. Pour les longs trajets, je recommande un vêtement de pluie avec un pantalon de pluie et une veste réfléchissante. Plus, si nécessaire, une protection contre l’humidité sur le casque.

Si vous devez vous abriter, utilisez un poncho de pluie. C’est idéal car il vous protégera de l’humidité sur tout le corps, surtout en position accroupie. Et contrairement à un parapluie, pour la foudre il n’est pas une cible.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publiée.


*